[ MÉDIAS ]

MTBK : d’un délire entre potes à une marque qui casse les codes.

Sweats, casquettes, bananes, joggings et autres affiches, l’équipe est touche à tout et fournit déjà, une belle quantité d’articles : « Nous avons à notre actif plusieurs collections mais tout a commencé avec Origin, celle qui a posé les bases de notre univers. Nous produisons essentiellement en noir et blanc afin d’avoir des produits sobres et épurés », explique la team. Géométriques avec la patte d’Avius Animus, décalés avec le déjanté Ghetto 25, les collections de la marque s’étoffent de jour en jour. Dernière en date, une reprise du logo Martini déclinée version MTBK, réalisée par le graphiste et membre du crew, Maxime Schepard.

Arts et culture : Le tour du monde en 2000 autocollants

Parti du postulat que les stickers ornent la majorité des villes du monde, le Bisontin Maxime Schepard a lancé un appel à contribution mondial. Il a reçu plus de 3500 stickers de 25 pays différents. Il en a fait une exposition, visible au Marulaz jusqu’au 9 juin.

Des stickers qui font parler les rues du monde entier

Maxime Schepard était loin d’imaginer que ses stickers représentant un homme à barbe allaient voyager dans le monde entier. Le graphiste originaire de Dasle s’apprête à boucler ses valises pour tenter une nouvelle aventure artistique à Montréal.

Mode in black in Montbéliard

« Pour le graphisme, on bosse notamment avec MS Graphisme, de Maxime Schepard, un gars de Dasle. Pour d’autres sujets, on a recours à Sans Blase, à Delle, ou encore Avius Animus, un tatoueur originaire de Montbéliard », détaille Léo Debierre.

Art, sapes et musique à la boutique éphémère du n°34
Aussi du sticker art avec le graphiste Maxime Schepard de Dasle, qui expose plus de 100 artistes internationaux.